Conférencier.ère.s d’honneurs

GINA METALLIC

Être Queer et traditionnelle 
Avant le contact européen, les personnes bispirituelles étaient considérées comme les piliers de nombreuses communautés autochtones. Dans son allocution, Gina Metallic explorera les rôles traditionnels des personnes bispirituelles et explorera l’expérience et les effets de la colonisation sur la sexualité et le genre, depuis des centaines d’années jusqu’à aujourd’hui. La conférence de Gina Metallic soulignera les évidences de la résurgence de l’identité bispirituelle et de sa réconciliation aujourd’hui, au sein des communautés autochtones ainsi qu’à l’extérieur de celles-ci.

Biographie
Gina Metallic est une femme féministe bispirituelle Mi’gmaq de la Première nation Listuguj Mi’gmaq au Québec. Elle est une petite-fille, une fille, une soeur, une tante et une épouse. Gina a obtenu un baccalauréat ès arts en anthropologie et psychologie de l’éducation et du counselling à l’Université McGill, pour ensuite obtenir une maîtrise en travail social en développement communautaire de la même université. Ses études supérieures se sont concentrées sur le développement de l’identité LGBTQbispirituelle chez les autochtones tout en utilisant son expérience personnelle, et en explorant les aspects intersectionels entre l’identité Queer, autochtone, et le fait d’être femme hyperféminine. Gina a été conférencière invitée sur le thème des pratiques bispirituelles et du bien- être des enfants autochtones dans le cadre de plusieurs conférences, notamment les Conférences annuelles Pierre Elliott Trudeau, de la GRC, Fierté du Canada 2017, ainsi qu’à plusieurs collèges et universités du Canada et plusieurs organisations et écoles autochtones. À l’heure actuelle, elle siège au Conseil des autochtones avec Pearson Canada pour la production du livre Explorer la société: un point de vue canadien. Gina vit actuellement à Ottawa, en Ontario, et travaille dans le domaine de la santé autochtone dans un organisme à but non lucratif. Elle est travailleuse sociale autorisée par l’entremise de l’Ordre des travailleurs sociaux de l’Ontario.

GERALD P. MALLON

Les pratiques et les politiques concernant les jeunes personnes LGBTQ dans le cadre de la protection de l’enfance ou de la justice juvénile 
Le travail social s’est toujours vanté de son ouverture auprès des populations opprimées, incluant les personnes LGBTQ, mais cette caractérisation de notre profession n’a pas toujours été vraie. Concernant les jeunes personnes LGBTQ, la politique et la pratique du travail social ont, au mieux, apporté une réponse incohérente et incertaine. La sexualité, dans le travail social et jusqu’à récemment, a été considérée comme un sujet tabou. Les récits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et trans – et en particulier celles qui ont été prises en charge par les systèmes de protection de l’enfance ou de justice juvénile – ont été encore moins reconnus. À travers une vision rétrospective des politiques et pratiques du travail social au cours des 6 dernières décennies et concernant les jeunes personnes LGBTQ, Gerald Mallon examinera jusqu’où le travail social s’est rendu et où se situe-t-il au 21ème siècle. Cette présentation à travers une lentille intersectionnelle, utilisera des exemples de cas et un peu d’humour, pour examiner de manière critique les politiques et pratiques du travail social auprès des jeunes personnes LGBTQ. Pourquoi les récits, les expériences et les vies des jeunes personnes LGBTQ sont pour nous importants à délibérer ?

Biographie
Gerald P Mallon, DSW, est le Julia Lathrop Professeur en protection de l’enfance et Vice-doyen à la recherche et aux bourses à l’École de travail social Silberman du College Hunter. Depuis plus de 42 ans, professeur Mallon est engagé dans la pratique, la défense de droit, l’enseignement et la recherche reliés aux enjeux en protection de l’enfance. Il a été le premier professionnel en protection de l’enfance aux États-Unis à développer un programme de recherche et d’intervention pour les jeunes LGBTQ en contexte de protection de l’enfance. Professeur Mallon a agi à titre de Directeur du National Center for Child Welfare Excellence. Il a aussi agi comme famille d’accueil et il est parent d’enfants qu’il a adoptés.

HERNANDO MUNOZ SANCHEZ

Les droits LGBT en Colombie 
Dans sa conférence, professeur Hernando Munoz Sanchez présentera le contexte social et historique qui façonne la défense des droits humains des personnes LGBT en Colombie. La Colombie favorise actuellement les conceptions traditionnelles, religieuses et morales de la famille, du mariage et des rôles sociaux fondés sur les normes de genre patriarcales. Depuis plus de 50 ans, ce pays vit de nombreux types de violence et est considéré l’un des pays les plus inéquitables au monde, avec un écart considérable entre un petit groupe de personnes riches et une société plus vaste vivant dans la pauvreté. Après plusieurs décennies de guerre, aujourd’hui, il y a un espoir de paix après les accords signés entre l’État colombien et les guérilleros des FARC. En Amérique latine, la Colombie a été l’un des premiers pays à reconnaître des droits des personnes LGBT. Cependant, le mariage de même sexe a été rejeté par le congrès en raison de l’influence des églises chrétiennes. Les organisations LGBT en Colombie continuent à se battre pour leurs droits civils. Cette allocution explorera également le rôle de la recherche sur les questions LGBT de la perspective de plusieurs disciplines ainsi que la contribution du travail social à la promotion des droits pour les personnes LGBT en Colombie.

Biographie
Hernando Munoz Sanchez est actuellement professeur titulaire au sein de l’École de service social et Doyen de la faculté des sciences sociales et humaines de l’Université d’Antioquia-Medellin, en Colombie. Hernando est chercheur, conférencier et activiste sur les questions de la famille, du genre et des minorités, ainsi que leader social et politique. Il a également été reconnu pour son travail remarquable dans la défense des droits de l’homme et du leadership social ainsi que d’autres institutions publiques et privées. Il a reçu l’Ordre du Mérite Don Juan del Corral du Conseil municipal de Medellin en 2012. Professeur Sanchez a récemment a publié un livre axé sur les masculinités et les sexualités en 2017.

MARIA NENGEH MENSAH

Sexualités et travail social : entre volonté de savoir, invisibilité et résistances 
Partant de l’idée selon laquelle « la sexualité » concerne les usages du corps, et plus largement, la construction sociale de ces usages – la mise en forme et en ordre de ces pratiques déterminant un ensemble de règles et de normes, variable selon les époques et les sociétés, cette conférence propose de retracer les manières dont le champ du travail social s’est attardé aux sexualités humaines. Nous verrons qu’il a joué un rôle dans la formation de problèmes sociaux relatifs aux systèmes de sexe/genre/désir (fugue, agression sexuelle, parentalité, travail des femmes, famille nucléaire, homophobie, transitude, etc.) ; la constitution de l’identité des destinataires de l’intervention (entendue comme à la fois dangereuse et en danger) ; et le développement d’un plaidoyer (féministe) pour la justice sociale envers les groupes issus de la diversité sexuelle et de genre. Des exemples de sources documentaires variés ainsi que provenant de mes recherches-actions avec des groupes québécois, alimenteront la présentation. En résultera, une histoire des tensions entre la volonté de savoir des travailleur.euse.s sociaux, l’invisibilité des enjeux de sexualités et les résistances des communautés concernées. En conclusion, nous interrogerons les histoires qui ont cours actuellement à propos des personnes queer et non-binaires, des personnes vivant avec le VIH et des personnes avec une expérience de travail du sexe. Serions-nous en présence d’une évolution, d’un changement ?

Biographie
Maria Nengeh Mensah, PhD Communication, est professeure titulaire à l’École de travail social et à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM. Elle dirige l’équipe de recherche Cultures du témoignage depuis 2010. Chercheure engagée, elle mène des projets de recherche-action réunissant les milieux associatifs et académiques autour des défis liés à la stigmatisation et à l’inclusion sociale de communautés sexuelles et de genres diverses. Notamment, elle collabore avec les organismes Stella l’amie de Maimie, COCQ‐ SIDA et GRIS-Montréal depuis plusieurs années. Elle est auteure de trois monographies et récipiendaire du Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des sciences humaines de l’UQAM en
2012.